Empire Report: Les cinq derniers candidats au élection d'Imperator




ALAN : Bienvenue à Empire Report. Je suis Alan Nuevo et avec moi, comme toujours, Beck Russum. Ce soir, nous commençons avec l'histoire qui est dans tous les esprits. BECK : C'est exact. L'UEE est maintenant à un pas de déterminer qui sera le prochain Imperator. Après une campagne longue et parfois litigieuse, y compris une période de vote de deux semaines marquée par des accusations d'intimidation des électeurs contre les citoyens tevarins, le Bureau électoral impérial a officiellement révélé les résultats du vote secondaire au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée depuis le siège du département à Moscou il y a quelques heures seulement.

ALAN : C'est exact. Le Bureau électoral impérial a enfin fini de collecter et de vérifier les votes de tout l'Empire. Les cinq candidats qui ont reçu le plus de soutien et qui passent au vote final sont l'indépendant Laylani Addison, l'universaliste Titus Costigan, le centraliste Paul LeSalle, la transitionniste Mira Ngo et l'universaliste Illyana Sharrad. BECK : Le commissaire du Bureau électoral impérial, Tyrone Salonen, a dirigé la cérémonie en annonçant que cette année, le taux de participation au vote secondaire a été le plus élevé de l'histoire de l'Empire. Il a ensuite attribué ce succès à la diversité des dix candidats, en engageant les électeurs à un niveau sans précédent.

ALAN : L'actuel impérator Kelos Costigan était notamment absent de la cérémonie. Un porte-parole a affirmé que des questions législatives urgentes ont empêché l'imperator d'assister personnellement à la cérémonie, bien qu'il ait demandé à chaque candidat de lui exprimer ses félicitations. Certains ont émis l'hypothèse que l'absence de l'imperator Costigan pourrait être davantage liée à la volonté d'éviter toute apparence de partialité à l'égard d'un candidat particulier. Si c'est vrai, l'imperator devra continuer à marcher sur la corde raide car les deux candidats qui lui sont personnellement liés ont été parmi les cinq premiers à obtenir des voix. BECK : Il s'agit notamment de son fils Titus Costigan, dont la campagne en tant qu'universaliste était axée sur son sens des affaires. L'autoproclamé "Outsider's Insider" a convaincu les citoyens que son succès dans le secteur privé, ainsi que sa connaissance exclusive de l'administration de son père, le placent dans une position unique pour gérer avec succès l'énorme bureaucratie de l'Empire.

ALAN : Comme son père, le candidat Costigan a réussi à marcher sur la corde raide politique en convainquant les électeurs que ses politiques amélioreront l'économie de l'Empire tout en ne critiquant pas directement les initiatives de son père. Darl Arakawa, le directeur de campagne de Titus, a récemment déclaré à Victoria Hutchins, de Empire Report, que le fait d'enfiler cette aiguille était la clé pour ne pas perdre les électeurs universalistes, qui approuvent massivement la gestion de l'Empire par l'impédant Costigan. BECK : La relation de Titus avec son père, le parti universaliste, et ses électeurs pourrait être la dynamique la plus importante lors du vote final. Avec deux universalistes encore en course, Titus devra garder dans son camp autant d'électeurs fidèles au parti s'il veut gagner. ALAN : C'est une situation assez inhabituelle, Beck. D'autant plus que les universalistes ont fait connaître leur préférence en apportant leur soutien à l'autre candidat lié à Imperator Costigan, l'actuel haut-secrétaire, Illyana Sharrad. BECK : Absolument. Historiquement, un Imperator en exercice soutiendrait avec enthousiasme le candidat préféré de son parti, mais Imperator Costigan ne l'a pas encore fait. Le haut-secrétaire Sharrad et le président du parti universaliste Aadi Svensson ont même rencontré l'Imperator Costigan avant le vote secondaire pour le pousser à soutenir publiquement Sharrad. Apparemment, la réunion est devenue si controversée qu'elle a entamé les relations de travail entre l'Imperator et son haut-secrétaire.

ALAN : Les deux campagne universalistes ont été aggravées par une série d'attaques publicitaires visant spécifiquement le haut-secrétaire Sharrad, qui ont atteint le spectre juste avant le vote secondaire. La campagne de Titus a nié toute implication dans ces publicités et a déclaré que les candidats devaient réussir sur la base du mérite. BECK : Des sources indiquent que cette explication n'a guère satisfait la campagne de Sharrad. Les deux candidats étant maintenant dans les cinq derniers, les allégeances aux partis semblent avoir fondu. Seul le temps nous dira à quel point la situation sera désastreuse entre les deux campagnes.

ALAN : Pour l'instant, Sharrad a continué à se concentrer sur sa longue liste de réalisations en tant que haut-secrétaire. Son palmarès la dépeint comme une administratrice compétente et admirée qui a supervisé des trillions d'améliorations d'infrastructures à travers l'Empire. Si elle est élue, elle s'est engagée à accélérer les projets d'infrastructure vitaux dans chaque système, ce qui a reçu un large soutien des syndicats du secteur public à travers l'Empire. BECK : Malgré son excellente réputation et la notoriété de son nom, les attaques contre Sharrad ont apparemment fait des ravages, car elle a perdu plusieurs éléments clés de l'habituel bloc de vote universaliste au profit de Titus. Un scénario cauchemardesque pour le parti universaliste, qui a présenté deux candidats qualifiés et populaires qui semblent maintenant être en guerre l'un contre l'autre. A moins que l'un d'entre eux ne trouve un moyen de se démarquer, les deux pourraient diviser le vote du parti et leur refuser une chance de revendiquer l'impérialisme.

ALAN : Il sera intéressant de voir comment ces deux candidats pivotent pour attirer les électeurs à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du parti. BECK : Ou voir quel effet cela aura si l'impédator Costigan intervient et soutient l'un d'entre eux.

ALAN : En attendant, le candidat centraliste Paul LeSalle pourrait être le mieux placé pour profiter du ticket divisé des universalistes. Politicien de longue date et ancien chef du parti centraliste, Paul LeSalle a des décennies d'expérience dans le service public et sur le terrain. BECK : LeSalle a lancé un appel direct aux électeurs universalistes indécis lors de son discours de célébration après avoir atteint le vote final. Depuis son quartier général de campagne à Goss, LeSalle s'est présenté comme le seul candidat capable de tenir les promesses de Sharrad et de Titus : une expérience gouvernementale étendue et un programme favorable aux entreprises.


ALAN : Avec le Parti centraliste fermement derrière lui, LeSalle semble également vouloir faire appel aux électeurs indépendants et universalistes. Il a mis en avant son projet de réduire les impôts, d'encourager l'engagement civique en rendant le service militaire obligatoire pour bénéficier de certains programmes sociaux, et d'ajouter des révisions au Fair Chance Act qui pourraient potentiellement ouvrir des zones dans les planètes protégées pour l'extraction des ressources. BECK : LeSalle semble vouloir se positionner comme l'homme d'État le plus âgé du groupe et a réussi à éviter une grande partie de la saleté jusqu'à présent. Néanmoins, certains observateurs pensent que c'est une décision tactique des autres campagnes de sauver leurs attaques sur LeSalle jusqu'au dernier tour.

ALAN : LeSalle, qui vient d'une riche famille de Cassel, a juré de leur aide dans sa jeunesse pour construire le conglomérat de transport qui lui permettrait de revendiquer sa propre gloire. Son passé a fait la une des journaux au début de sa carrière politique, lorsque plusieurs de ses premiers investisseurs ont été découverts en prison pour leur association avec des organisations hors-la-loi, ce qui a entraîné la remise en question de la provenance de leur capital. BECK : Lorsque le scandale a éclaté pour la première fois il y a plus de dix ans, LeSalle a disparu de la scène publique pendant quelques années jusqu'à ce qu'il revienne à la tête du parti centraliste. Chaque fois qu'on l'interrogeait sur le sujet, LeSalle maintenait son innocence et pointait du doigt les documents publics qui montrent que les crimes commis par ses anciens partenaires commerciaux se sont produits des années après leur association.

ALAN : Le scandale pourrait quand même nuire à LeSalle, qui a positionné sa candidature comme étant dur envers le crime. Beaucoup pensent que ses adversaires politiques seront heureux que LeSalle ait battu l'autre candidat centraliste de haut niveau, la directrice adjointe (DAD) de l'Advocacy Emma Thorne, car il sera beaucoup plus facile de saper la position de LeSalle contre le crime que celle de Thorne grâce à ces premières relations d'affaires. BECK : Alors que LeSalle s'est déplacé vers le milieu pour attirer les électeurs, la sénatrice Mira Ngo de Terra considère sa sélection pour le vote final comme un signe que les électeurs sont enfin prêts à adopter son plan progressiste pour l'Empire. Dans son acceptation de la nomination pour le Vote final, la candidate transitionniste a promis à ses partisans qu'elle ne diluerait pas sa vision pour attirer des électeurs plus centristes lors du dernier cycle électoral.

ALAN : La sénatrice Ngo a soutenu cette promesse en publiant une proposition politique très détaillée sur la manière dont elle allait faire passer la capitale de l'UEE à Terra. Un porte-parole de la campagne a déclaré que plus d'informations sur les politiques proposées par la candidate Ngo seront publiées dans les prochains mois car l'Empire mérite de savoir exactement ce qu'elle ferait si elle était élue.


BECK : Les citoyens de Terra ont célébré la nouvelle lors d'un rassemblement massif et bruyant organisé par la campagne. Beaucoup dans la foule pensent maintenant que l'UEE pourrait n'être qu'à quelques mois de déplacer son centre politique vers le système. Une entreprise massive comme nous n'en avons jamais vu.

ALAN : Avez-vous vu une copie de la proposition du sénateur Ngo sur le déplacement de la capitale ? BECK : Pas encore. Et vous ?

Victoria Hutchins est en train de la lire pour pouvoir en parler dans une prochaine émission. Si elle boit une caisse de CRUZ Pulse, elle devrait avoir fini de le lire la semaine prochaine. Beaucoup pensent que Ngo a suivi ce plan depuis qu'elle est entrée en politique. La campagne y a mis une quantité incroyable de réflexion et de détails. BECK : Les opposants à cette mesure ont également saisi la proposition. En particulier, ils citent un calendrier trop ambitieux pour le déménagement de plusieurs départements gouvernementaux vers le système Terra dès son inauguration.

ALAN : Les rumeurs ont circulé au sein de la campagne des ONG sur la question de savoir s'il était prudent ou non de publier ce document politique. La conseillère Winnie Attah a même quitté la campagne après avoir fait valoir que cela la transformerait en candidate à une seule question au lieu de permettre à la vision plus large et progressiste de l'Empire de Ngo d'être discutée. Seul l'avenir nous dira si le plan de Ngo pour obtenir des résultats précis aidera ou nuira à sa campagne. BECK : La surprenante dernière candidate à se classer parmi les cinq premières était Laylani Addison, une indépendante qui a axé sa campagne sur l'amélioration de l'éducation et l'augmentation des ressources pour les entreprises scientifiques de pointe. Son soutien à Synthworld et aux universités subventionnées par l'État a attiré l'attention et les critiques, mais rien de tel que sa proposition d'assouplir les restrictions sur la recherche en IA. Le sujet est devenu un paratonnerre pour la campagne qui a apparemment contribué à l'éloigner du peloton.

ALAN : Alors que la campagne des ONG a tenu de nombreux débats internes sur la façon de gérer le transfert de la capitale de la Terre à Terra, certains membres de la campagne d'Addison prétendent avoir été pris au dépourvu par le soutien inconditionnel de la candidate à l'augmentation de la recherche sur l'IA. Plusieurs conseillers scientifiques affirment qu'ils n'ont pas été consultés sur le poste ou qu'ils n'avaient aucune idée que le candidat se prononcerait aussi fortement en faveur d'un assouplissement des réglementations. BECK : Lorsqu'on lui a demandé des précisions, la campagne n'en a systématiquement fourni aucune. Certains se sont donc demandé si la campagne Addison avait vraiment une politique spécifique concernant l'IA en tête ou si elle cherchait simplement un poste qui attirerait l'attention.

ALAN : La montée d'Addison dans les cinq derniers rangs a sans aucun doute été aidée par ses performances éloquentes lors des débats qui ont été largement saluées. Elle est restée calme, posée, et en contrôle tout au long des débats, rassurant les électeurs sur le fait qu'elle pouvait se défendre tout en n'ayant pas recours aux tactiques négatives utilisées par les autres candidats. Dans un clip qui a été largement diffusé, Addison a transformé une attaque vicieuse et condescendante de Calvin Derry, candidat de Human First, en un traité personnel touchant sur les raisons pour lesquelles il est important que les humains embrassent des influences et des idées étrangères. BECK : Ce fut vraiment un moment fort.

ALAN : Je suis d'accord, très mémorable et émouvant. Nous devons faire une pause, mais il y aura beaucoup plus de couverture électorale à notre retour. BECK : Nous allons vérifier les campagnes qui n'ont pas été retenues, et même parler avec Antwan Lillard, qui s'est présenté sur un programme de dissolution de l'UEE. Bien qu'il n'ait pas réussi à se qualifier pour les cinq dernières élections, Lillard promet de continuer le combat. Nous allons découvrir ce qu'il a prévu exactement, ensuite.

ALAN : Ça, plus les derniers scores de sataball du Colt Legrande, quand Empire Report sera de retour.




FIN DE LA TRANSMISSION



"C'est un travail de fan fiction. Tous les personnages, lieux, événements, navires et conceptions de navires, ainsi que tout contenu provenant de Star Citizen, Squadron 42 ou de tout autre contenu produit ou créé par ses éditeurs ou développeurs, sont la propriété de Cloud Imperium Rights LLC et de Cloud Imperium Rights Limited."

0 commentaire

© L'utilisation non autorisée d'articles sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur, en vertu de la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle.

2885 - 2951 World Star Universe crée par Art Photo Time. Tous les droits sont réservés, site web certifié par l'UEE. Découvrez le site officiel de Star Citizen.

World Star Universe ! est une multinational sous licence, UEECGU - CGV - MENTIONS LEGALS - NOS SERVICES - JUMPSTAR - BOUTIQUE

MadeByTheCommunity_White.webp
logo_w--.webp
gggggg.png

Il s’agit d’un site non officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium Games. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

- Adresse: 42 Stellaris St, Terra, TP 70042, United Empire of Earth

Vous êtes sur le site officiel de l'Ambassade et des consulats de l'UEE et de la World Star Universe. L'existence de liens externes vers d'autres sites web ne constitue pas une validation de ces sites ou de leur contenu.

- Je vous remercie, que dieu vous bénisse, et que dieu bénisse l’Empire Uni de la Terre.

Copie de UEE LOGO.png