Histoire: Les Drifters (quatrième partie)



Les coups de feu résonnaient encore autour de l'immense baie de débarquement. Ce gémissement aigu résonnait dans les oreilles de Mags, mais elle était enfermée sur Trin, regardant le sang s'écouler de son corps dans la grille sale. Elle sentit Kel bouger à côté d'elle. Il avait mis ses mains en l'air, aussi haut qu'il pouvait atteindre.


Mags a levé les yeux vers Ozzy. Il avait toujours le pistolet pointé. Son visage était tordu, rempli de rage. Quelques instants avant de tirer sur Trin, il l'avait accusée de l'avoir laissé derrière lui. Il y a des années, quand ils ont tous deux couru avec les Titans du Sud, un travail a dérapé et Ozzy s'est fait pincer. Il a perdu cinq ans de sa vie dans l'enfer pénal de Quarterdeck pendant qu'elle s'échappait. Mags ne pouvait pas dire que ce fut une surprise totale. Trin l'avait menacée plus d'une fois, la dernière fois pour qu'elle tire sur elle et la jette hors d'un sas. Dans cet ordre, j'espère.


"Que veux-tu faire à leur sujet ?" demanda le type qui ressemblait à un grand-père de Spectrum Show.


Ozzy s'est finalement séparé de Trin et a regardé Mags et Kel. La rage s'est éteinte alors qu'il rangeait son pistolet.


"Laisse-les partir, Jack."


Le vieil homme rit d'un de ces rires profonds du ventre.


"Tu es resté trop longtemps hors du bercail, petit. Les Titans ne laissent pas les témoins partir."


"Jack." Ozzy le fixa du regard. "Laisse-les tranquilles."


Jack Sticha l'aveugle, elle a réalisé. Certainement pas ce qu'elle avait imaginé en se basant sur la réputation. C'était peut-être son truc. Elle l'a vu dégainer un pistolet, hors de la vue d'Ozzy.


"Vous laissez partir les gens rancuniers, vous ne faites que leur donner des maux de tête", a-t-il dit, comme s'il racontait à un enfant les faits de la vie. Son pouce a silencieusement déclenché la sécurité.


Mags savait qu'elle n'avait pas beaucoup de temps.


"Je peux te faire sortir d'ici", a-t-elle déclaré. Jack l'aveugle hésitait. Elle a continué avant qu'il puisse reconsidérer sa décision. "Levski est en quarantaine. Vous avez un moyen de passer outre ?"


Jack l'Aveugle n'a rien dit. Ozzy lui a donné une petite secousse de la tête qui disait que vous ne vouliez pas faire ça.


"Je sais comment te faire sortir." Mags a continué. Son esprit s'emballait. Quand elle courait avec Frank McGarr, ils devaient passer un ou deux verrous. L'enfer savait si les mêmes tours marcheraient sur Delamar. De plus, si elle pouvait s'en tenir à l'érythème, peut-être trouverait-elle une chance de le voler à nouveau. "Il me semble que vous voudriez avoir une longueur d'avance sur ces frappeurs de Four Point qui rôdent par ici."


Elle pouvait dire à Jack l'Aveugle qu'elle savait de quoi elle parlait. Peut-être que c'est lui qui a indiqué aux assassins la direction à prendre.


"Tu as laissé Kel partir", disait-elle, en faisant un pas vers Jack l'Aveugle et Ozzy, "et je te ferai sortir d'ici."


Jack l'Aveugle a regardé Kel, qui n'avait pas bougé. Ses mains tendaient toujours vers le ciel.


"C'est ton jour de chance, Banu", dit-il en faisant signe aux autres Titans. Ils baissèrent leurs armes et commencèrent à partir. Ozzy a jeté un dernier regard à Trin, puis a soulevé le coffre avec l'ériésium.


"Après toi", Jack l'Aveugle fit signe à Mags de se mettre en marche. Elle se retourna vers Kel.


"Capitaine Mags . ..." bégaya-t-il en baissant les mains.


"Je te reverrai." Elle lui a serré le bras puis a reculé et a rejoint les Titans dans le sas.


Elle lui fit un dernier sourire rassurant alors que le sas se refermait.


Kel est resté là quelques instants, incertain de ce qu'il fallait faire. Il a regardé autour de lui. Les mécaniciens qui traînaient ont dû courir quand la fusillade a commencé. Ils avaient laissé leur musique jouer. D'étranges gémissements humains ont retenti, donnant une bande-son bizarre à la scène.


Il a fini par agir, allant jusqu'au corps de Trin, mais il y avait tellement de sang. Il ne savait même pas par où commencer, alors il a juste appuyé sur les blessures.


"Putain de merde."


Kel a sauté sur la nouvelle voix. Il a regardé vers le sas pour voir Honan Yao serrer un sac de nourriture à emporter. Il était peut-être encore défoncé - les taches noires de drogue dans son bras coulaient maintenant dans sa main - mais il n'a pas agi comme tel.


"Elle est gravement blessée", a demandé Kel, impuissant. "Qu'est-ce que je dois faire ?"


Yao s'est précipité vers Trin et a commencé à l'examiner, à vérifier son pouls, à regarder ses pupilles.


"Elle est vivante, mais à peine." Il a dit en toute connaissance de cause que Kel n'avait jamais entendu parler de lui. "Nous devons la faire entrer dans le vaisseau. Maintenant."


Kel a attrapé les jambes de Trin et ils l'ont rapidement mise dans l'Arlequin. Une fois à l'intérieur, ils ont nettoyé la table de la table commune et l'ont posée. Yao est parti chercher sa couchette.


"Faites pression sur les blessures", cria-t-il en s'enroulant autour de sa couchette, en jetant par terre des sacs, des canettes de bière vides et des emballages de nourriture. Il est réapparu quelques instants plus tard en portant un de ses sacs de sport.


Il l'a jeté sur le banc et a fouillé dans ses vêtements jusqu'à ce qu'il trouve une valise enterrée tout en bas. Il l'a ouvert pour révéler un kit de base de médecin de terrain, et a rapidement branché un biomètre portable qui a silencieusement émis un subtil battement de cœur.


Kel a reculé pendant que Yao se mettait au travail. Le Banu lui a lavé les mains de son sang.


Yao l'a mise sous oxygène et lui a fait une série d'injections rapides. Les signes vitaux de Trin ont vacillé pendant qu'il disposait d'un équipement chirurgical impeccable.


Kel s'est approché avec précaution et a joué avec la figurine du capitaine Levo qu'il avait achetée dans un étal du Grand Bazar.


Yao s'est déplacé avec précision et expertise. Kel était impressionné ; il ne ressemblait guère au même humain qui s'était endormi en soignant des blessures au laser. Il a soigneusement extrait trois des balles qui étaient encore à l'intérieur d'elle, puis s'est mis à réparer les dommages internes.


Kel est restée jusqu'à ce qu'il réalise qu'il ne contribuait en rien à tout cela. Il a dérivé dans la pièce voisine et a commencé à chercher des informations sur le personnage du Capitaine Levo, n'importe quoi pour se changer les idées sur le fait que la vie de Trin était en jeu. Plus encore, il s'inquiétait de Mags et de son courageux sacrifice pour le sauver.


Les heures passèrent. Kel avait lu tout ce qu'il pouvait trouver et se trouvait à quelques épisodes de la première saison de Voyage Beyond, la série qui a présenté le personnage pour la première fois. Il devait en passer par deux saisons avant que le Capitaine Levo n'obtienne sa propre série.


Finalement, Yao est entré dans la pièce et s'est affalé sur le banc à côté de Kel. Il a traîné une canette de bière, l'a ouverte et a pris un long verre.


"Elle est réparée ?" Kel a finalement eu le courage de demander.


Yao a pris un autre verre et s'est penché en avant.


"Oui, tout va bien", répondit-il.


Kel fit un signe de tête et tapota Yao sur le front, un signe d'affection humain qu'il avait appris il y a quelques mois.


"Merci, mon pote." Yao termina le verre. "Je vais garder un oeil sur elle, mais les signes vitaux sont forts et elle répond bien aux médicaments. Elle sera probablement bientôt sur pied."


"C'est bon à entendre", a dit une autre voix depuis le sas latéral. Kel et Yao ont regardé.


Arno et Osane, les assassins du syndicat criminel Four Points, s'avancèrent. Leurs armes étaient pointées sur eux deux. Kel leva à nouveau les mains en l'air.


Cela devenait une habitude.


L'exécutif Devin a soigneusement fouillé la scène du crime. Il a pu sentir des traces d'ozone dans l'air provenant de la grenade EMP. D'après ce qu'il a pu reconstituer, il y avait entre trois et cinq combattants, mais c'est tout ce qu'il a pu obtenir. Les descriptions sont vagues. Personne n'était prêt à offrir quoi que ce soit de substantiel.


Tout ce chaos parce qu'un marché a mal tourné. Six morts. Huit blessés.


Parce qu'un marché a mal tourné. Il secoua la tête et regarda à nouveau la scène. C'est ce genre d'absurdité qui l'a poussé à quitter l'espace "civilisé" il y a tant d'années.


Un de ses administrateurs locaux (l'Alliance populaire n'aimait pas utiliser le terme "police"), nommé Riegert, est entré dans le bar et lui a fait signe. Devin lui a fait signe d'entrer. Le jeune administrateur descend tranquillement les escaliers, contournant avec précaution les corps et les mares de sang pour s'approcher de Devin.


"Administrateur", dit-il d'un signe de tête déférent. Il était clairement mal à l'aise autour des cadavres. Devin aurait aimé pouvoir se souvenir de l'époque où ils l'auraient dérangé.


"Qu'y a-t-il, Riegert ?"


"On nous a signalé des coups de feu sur une des plates-formes d'atterrissage."


Devin s'est murmuré à lui-même.


"Des témoins ?" demanda-t-il finalement.


"Non, monsieur."


"Bien sûr que non", dit-il en secouant la tête de nouveau.


"C'est tout ?"


Riegert hésita.


"Quoi ?"


"Certains des techniciens de maintenance cherchaient un conduit bouché dans la sous-section deux", Riegert changea de position inconfortablement. "Ils ont trouvé Phillip Desmond à l'intérieur. Mort."


Devin a sorti un des tabourets de bar voisins et s'est assis. Il a siroté un verre abandonné au bar pendant qu'il réfléchissait. Phil était un habitant de longue date. Il n'a même pas bu, donc il n'y a aucune chance qu'il ait été là quand la bagarre a éclaté. Ça devient incontrôlable.


Il a poussé le tabouret et s'est dirigé vers la sortie. Riegert l'a suivi.


"Je veux que vous scelliez les Résidences. Appelez des volontaires pour renforcer la paix."


"Oui, monsieur." Riegert se dépêche de suivre sans marcher dans le sang.


Devin a ralenti pour s'arrêter quand une prise de conscience l'a frappé.


"Tous les hangars sont passés par le système d'urgence, non ?"


"Je pense que oui."


"Déconnectez les générateurs de secours. Juste au cas où." Devin a recommencé à marcher.


"Ok."


Ils sont sortis du Café Musain et ont marché jusqu'à la rampe qui surplombe le Grand Bazar qui avait presque repris son rythme habituel. L'exécutif Devin a scanné les visages.


"Rassemblez les administrateurs qui nous restent. Celui qui a fait ça est toujours là. Puisqu'ils ne peuvent pas faire déraper notre verrouillage, je veux aller dans les tunnels pour m'assurer qu'ils n'ont pas d'autres issues."


"Je l'ai."


"Et sortez les armes", a ajouté l'exécutif Devin sans bruit. "J'ai le sentiment qu'on aura besoin d'eux."


Les Souther Titans avaient pris possession d'une grande baie d'atterrissage et l'avaient remplie d'une poignée de petits chasseurs, de speedrunners et d'accélérateurs de fret. Il s'est avéré que l'embuscade Harlequin n'en était qu'un petit pourcentage. Les Mags en ont compté une dizaine d'autres.


Ils se prélassaient tous à l'extérieur de leur navire lorsque Jack l'Aveugle est revenu avec son prix. Il avait déjà pris le mobiGlas et l'arme de Mags. Ozzy n'avait pas dit un mot à Mags pendant tout le trajet du retour, il avait juste porté le coffre avec l'inestimable butin d'Eriésium. Elle voyait bien qu'il ne faisait pas non plus entièrement confiance aux Titans.


Une fois à l'intérieur, Jack l'Aveugle s'est retourné vers Mags.


"Alors, qu'est-ce que tu en dis, petite dame ?" dit-il avec ce sourire caractéristique. "C'est ton show maintenant."


"Ce serait plus facile avec mon mobi", dit-elle sans détour en tendant la main.


"Non, je pense que je vais la tenir."


Mags a jeté un coup d'oeil à Ozzy puis est revenue à Jack. Deux autres Titans se sont levés quand elle a commencé à traverser la piste d'atterrissage. De l'autre côté, il y avait un vieux bureau utilisé à l'origine pour les opérations de vol de cette piste d'atterrissage particulière. L'intérieur avait été complètement décapé, des fils pendaient des panneaux ouverts comme des boyaux rouillés.


Au début du Levski, chacune des plateformes d'atterrissage avait un système de contrôle de vol dédié, probablement pour pouvoir maintenir un flux constant de cargos transportant les minéraux que la station extrayait de l'astéroïde. Lorsque l'Alliance populaire a pris le relais, elle a regroupé tous les contrôles de vol séparés en un seul terminal.


Des magnétophones se frayaient un chemin à travers les détritus épars, les machines cassées et les bouteilles usagées vers le trou béant où se trouvait autrefois le centre de contrôle. Deux Titans se sont postés à la fenêtre pour garder un oeil sur elle. Ils la surveillaient avec le même regard qu'elle avait eu dans le passé. Elle a pointé quelques armes de fortune si les choses tournaient au sud, puis elle s'est enfoncée dans les fils du mur.


C'était un vieux truc qu'ils utilisaient pour la faire reculer lorsqu'elle faisait des arnaques à partir d'ici. À ses débuts ici, l'Alliance populaire commençait à comprendre que tout criminel doté d'un demi-cerveau pouvait profiter de leur hospitalité et utiliser Levski comme parfaite cachette. Lorsqu'ils avaient vent que quelqu'un était mal intentionné, ils faisaient le même tour de passe-passe pour essayer d'identifier l'élément criminel afin de l'"exiler".


Frank avait trouvé un moyen de contourner le verrouillage. Même s'ils avaient redirigé toutes les commandes des différentes baies d'atterrissage vers un terminal central unique, ils ne se rendaient pas compte qu'une partie de ces câbles étaient connectés à des générateurs de secours avec des commandes automatiques pour ouvrir ou fermer en cas de panne de courant catastrophique. Il suffisait de les brancher pour contourner le verrouillage.


Elle a cherché dans l'une des anciennes cachettes le terminal portable qu'ils avaient utilisé pour contrôler. À sa grande surprise, il était toujours là et avait même des piles neuves. Il doit y avoir des locaux qui utilisent toujours la même astuce. Elle a mis le terminal de côté et a commencé à passer au crible les poignées de fils pour trouver ceux qui allaient au contrôle de vol.


Ozzy est entré dans la pièce. Il a jeté un coup d'oeil au Titan qui gardait la garde, puis a posé le coffre à ériésium à côté de Mags et s'est assis dessus.


"Qu'est-ce que tu crois faire ?"


"Je fais sortir tes nouveaux amis d'ici", lui répondit-elle sans se retourner. "Ce n'est pas ce que tu veux ?"


"Tu ne devrais pas être ici."


"Il allait nous tuer tous les deux", se rétracta-t-elle. "En plus, pourquoi tu t'en soucies ?"


"Je t'ai fait une faveur", dit Ozzy après une longue pause.


"C'était ta soeur", dit-elle en se retournant vers lui.


Ozzy est resté silencieux pendant quelques instants, comme s'il essayait de former les mots. Mags est retournée à ce qu'elle faisait.


"Quand j'étais sur le pont arrière..." il s'est éloigné, perdu dans ses pensées, puis a essayé de changer de direction. "Nous deux, Trin et moi, sommes allés dans des centres de détention juvénile pour le verset. Le pire du pire. On atterrissait dans un centre, on commençait à le dépoussiérer et on nous emmenait dans un autre. J'ai donc passé toute ma vie en prison. Mais après un mois à QuarterDeck, un. . . j'ai fait ça."


Il a montré ses avant-bras à Mags. Deux longues cicatrices déchiquetées étaient cachées parmi le fatras de tatouages.


"Les choses que j'ai dû faire pour survivre là-bas. . . je ne pourrai jamais les oublier." Ozzy se tenait debout et faisait les cent pas autour de la boîte. "Elle m'a mis là. Elle m'a donné à manger à ces agents et n'a même pas eu les couilles de l'avouer. Tu vois, Trin est une survivante, elle l'a toujours été, mais elle n'a pas étendu cette merde pour inclure d'autres personnes. Elle faisait ce qu'elle avait à faire pour faire son chemin. Les autres personnes sont utiles quand elles sont utiles. Jetables quand elles ne le sont pas. Je sais que vous avez vu ce tour en elle".


Mags était calme. Elle l'était. La première fois, elle a convaincu Trin que l'Arlequin était mieux sans le précédent capitaine. La deuxième fois, c'était quand Trin était sur le point de la jeter hors du sas.


"Elle aurait fini par se retourner contre toi, Mags. Et si tu penses qu'elle allait te laisser un seul crédit de cet ériésium... tu es plus folle qu'elle."


Mags a réfléchi pendant une seconde puis est retournée au câblage. Dans le groupe suivant, elle a trouvé les bons. Elle a séparé les fils de commande du hangar du reste et a branché les points de connexion sur le terminal portable.


"Eh bien", dit-elle en mettant le terminal sous tension. Elle a parcouru sa séquence de démarrage tout en négociant avec le flux de données du hangar. "Je suppose que ça n'aura plus d'importance maintenant."


"Ah oui ?"


"Parce que nous sommes sur le point d'être libres", dit-elle et elle exécuta la commande d'ouverture du hangar.


Il ne s'est rien passé.


"Eh bien, merde."


Des blocs de sons ont percé l'obscurité. Il semblait n'y avoir rien d'autre. Aucun sentiment. Le son commença lentement à se cristalliser et bientôt, Trin put choisir des mots isolés. Ses yeux étaient encore lourds, comme si elle se réveillait lentement d'un profond sommeil, mais son corps n'était pas encore prêt à se lever.


Finalement, elle ouvrit les yeux. La lumière afflua, submergeant d'abord ses sens alors qu'elle s'efforçait de se concentrer. C'est alors que la douleur a frappé aussi. Une douleur lancinante dans la poitrine.


Des douleurs partout ailleurs. Ses membres ne réagissaient plus.


Une forme est apparue. C'était Arno, le tueur du Café Musain.


"Hé, soleil", dit-il en souriant.


Trin regarda autour de lui. Elle était sur l'Arlequin. Kel et Yao étaient assis tout près. Osane, l'autre tueur, les surveillait. Kel leur fit signe.


"Qu'est-ce qui se passe ?" Trin a essayé de s'asseoir.


"Je ne ferais pas ça", Yao a essayé d'avancer, mais Osane l'a maintenu en place avec son pistolet.


La douleur a explosé dans tout le corps de Trin, mais elle n'était pas prête à grimacer devant ces connards de Four Point, alors elle l'a juste pris. Sa gorge était sèche comme l'enfer aussi. Le reste lui est revenu en force alors qu'elle prenait une canette de bière à proximité : Ozzy, Blind Jack et les Titans, l'érysium...


Trin s'est finalement regardée. Cinq balles, nettoyées et recousues, ont parsemé sa poitrine. Ses vêtements étaient trempés de sang.


"Merde, doc", dit-elle en piquant les blessures. Elle se sentait remarquablement bien. "Je suppose que vous n'êtes pas si inutile après tout. Je ne sens presque rien."


"C'est juste la drogue", répondit Yao. "Quand elles se dissiperont, ce sera l'agonie."


"Peu importe", Trin finit la bière et regarda Arno. "Tu sais qu'on n'a pas l'érythème, n'est-ce pas ?"


"Nous le savons", Arno fit un tour, inspectant les panneaux décolorés et tachés sur les murs. "Nous voulons savoir où elle les a emmenés."


"Qui ?"


"Captain Mags est allé avec eux", dit Kel en se balançant nerveusement d'avant en arrière. "Elle nous protège."


Trin fit un signe de tête et balança ses jambes de la table, renversant sur le sol des pansements ensanglantés. Elle testa ses pieds. Ils étaient comme de la gelée. Quand elle s'est sentie suffisamment stable, elle s'est traînée jusqu'à sa couchette et a commencé à s'armer.


"Où crois-tu aller ?" Arno posa sa main sur son arme.


"Pour les tuer tous." Trin a vérifié le nombre de balles de son fusil. "Vous pouvez nous aider."


"Je vous le dis, ça aurait dû marcher", a dit Mags en se défendant de Jack l'Aveugle.


"Si vous ne pouvez pas nous faire sortir d'ici, nous n'avons pas besoin de vous à ce moment-là", dit-il en la suivant.


"Donnez-moi une seconde", s'exclamait Mags, essayant de penser aux autres moyens que son équipage a utilisés pour s'enfuir d'ici. Le problème, c'est que toutes les autres astuces nécessitaient un savoir-faire technique bien plus important que celui qu'elle possédait. Du coin de l'œil, elle a vu Jack l'Aveugle dégainer son pistolet. "Ok."


"Ok, quoi", répondit Jack en hésitant avec le pistolet.


"Je crois que j'ai quelque chose", dit-elle, toujours concentrée dans ses pensées. En vérité, elle n'avait rien, mais chaque seconde de sa vie était une nouvelle occasion d'essayer de s'en sortir, alors elle a dû gagner du temps.


"Je vais avoir besoin de plus que ça", a dit Jack l'Aveugle en riant. "Et choisissez vos mots avec soin."


"Vous avez des bateaux qui n'ont pas atterri ?"


Jack l'Aveugle a jeté un coup d'oeil à Ozzy, comme il le pensait.


"Bien sûr, on en a quelques uns."


"Il y a de vieilles aires de stockage dans les tunnels. Ils étaient utilisés pour décharger le minerai extrait des véhicules utilitaires. Ils sont sur une ligne complètement séparée des hangars. Si on peut y descendre, c'est facile de déclencher les fils et d'ouvrir les portes. Nous n'aurons besoin que de combinaisons et vous pourrez alors sortir, vous faire ramasser et repartir. Les autres pourront partir quand le verrouillage sera terminé."


Encore une fois, elle inventait tout. Cela semblait logique. Il y avait un tas de grandes portes scellées dans les vieux tunnels. Elle pensait à une porte en particulier. Elle ne l'avait jamais franchie, mais ça prouverait certainement le mensonge. Il y avait juste une chose qu'elle devait faire.


"Nous devons nous séparer. Ce sera évident si nous déménageons en grand groupe." Mags est retournée au terminal portable avec lequel elle a essayé de pirater la porte. Elle a changé les fils de connexion de données à un réseau de communication localisé. "Laissez-moi vérifier que la zone est toujours alimentée."


Sur l'écran du terminal, elle a fait apparaître le réseau local et a trouvé le nom dont elle avait besoin pour compléter son plan et a tapé un message à la hâte.


Elle espérait que cela fonctionnerait...


Puis elle a appuyé sur "Envoyer".


Trin savait que Jack l'Aveugle voulait toujours avoir des options quand il s'agissait de s'échapper. C'est l'un des principes qu'il a inculqué à sa "famille". Le plan était de balayer d'abord les autres aires d'atterrissage, puis de retourner au Grand Bazar. Elle a frappé la foule impatiente de trouver les morts-vivants en question.


Arno et Osane se sont tous deux déplacés en silence. Tellement silencieux qu'elle oubliait parfois qu'ils étaient là. Qui qu'ils soient, ils avaient un entraînement sérieux. Elle le savait grâce à leur bagarre à Musain. Elle ne pouvait pas prendre de risques quand le moment était venu de les tuer. Malheureusement, elle savait que les Titans avaient voyagé en force, elle avait donc besoin des deux pour le moment.


Trin s'est frayé un chemin à travers la foule, étudiant les visages au fur et à mesure de son passage. Tous, des groupes de pilotes sales, agacés par le gel du lancement, s'étaient rassemblés dans les couloirs pour se plaindre collectivement les uns aux autres. Devant, quelqu'un s'était accroché dans un couloir.


Quelque chose en lui a attiré l'attention de Trin.


Elle s'est précipitée vers l'avant et a jeté un coup d'œil au coin de la rue pour mieux le voir.


Il était vêtu d'une vieille combinaison de vol en patchwork miteux et gigotait encore avec son casque. Il a jeté un coup d'œil avant de mettre le casque, mais c'était tout ce dont Trin avait besoin.


Il avait des tatouages de Souther Titan.


Elle a jeté un coup d'œil à Arno qui gardait l'œil ouvert.


"On est en affaires."


Mags a essayé de tracer son chemin jusqu'aux portes de stockage autant que possible sans donner l'impression qu'elle essayait de le faire. Alors que la plupart des Titans s'étaient séparés pour paraître moins visibles, Mags était coincée avec Jack l'Aveugle, Ozzy et un autre Titan. Ils passèrent des restes d'entreprises minières, dont certaines remontaient aux premiers propriétaires de la base. Après trente minutes de descente à travers les tunnels sinueux, elle pouvait dire que Jack l'Aveugle s'impatientait, alors elle se dirigea vers le rendez-vous.


Le couloir a tourné puis s'est ouvert sur une grande pièce. Deux doubles portes massives occupaient l'un des murs. Heureusement, elles étaient encore fermées. Des caisses vides étaient empilées dans toute la pièce. Des pierres et des cailloux provenant des minéraux extraits jonchaient le sol. Une passerelle étanche surélevée entourait l'espace. C'est pour cette dernière caractéristique que les Mags ont choisi cette pièce.


La plupart des autres Titans étaient déjà arrivés, sans doute en ayant pris un chemin plus direct. Mags a jeté un coup d'œil à la passerelle alors qu'elle se dirigeait vers le panneau de contrôle à côté de la porte. Elle a ouvert le panneau pour trouver le terminal arraché. Elle a reculé comme si elle évaluait les dégâts. En réalité, elle n'avait aucune idée de la façon de câbler une porte, encore moins celle-ci.


Heureusement, elle n'a pas eu à attendre longtemps.


"Très bien, tout le monde !", une voix a retenti sur la passerelle. "Voyons voir ces mains."


Les Titans du Sud se sont tous tournés vers l'exécutif Devin et une petite armée d'administrateurs de l'AP qui pointaient des armes depuis la passerelle.


Mags a essayé d'avoir l'air aussi surpris que les autres. Mais à l'intérieur, elle était contente que son message soit passé. Elle n'était pas tout à fait sûre de la manière dont elle allait se soustraire à la garde de Devin, mais une chose à la fois. D'autant plus qu'aucun des Titans n'a fait un geste pour déposer ses armes.


L'aveugle Jack Sticha s'est avancé au centre de la pièce et a regardé les visages des administrateurs.


"Pour être honnête", il a lentement dégainé son pistolet et l'a maintenu pointé vers le sol. "Je ne vois pas de tueur parmi vous. Maintenant, nous..." a-t-il fait signe à son équipe qui a commencé à s'enhardir. "Tuer est notre stock et notre commerce."


Ce n'est pas bon, se dit-elle.


Une pause tendue était suspendue dans l'air. Des armes à la recherche de cibles. Chaque mouvement donnait l'impression que c'était celui qui allait tout déclencher.


Elle remarqua qu'un des TItans se dirigeait lentement vers Ozzy. Vêtu d'une combinaison spatiale en patchwork mal ajustée, leur démarche avait quelque chose de bizarre. En passant devant Mags, elle a remarqué du sang frais sur le col de la combinaison et, plus important encore, a reconnu le visage à l'intérieur.


Elle a crié "Trin ?!" sans même réfléchir.


Trin a sorti son fusil de chasse et l'a pointé sur Ozzy. Le cri de Mags l'a suffisamment averti pour qu'il arrache le verrou d'ériésium au moment où le coup de feu est parti. Le coup de feu a fait affleurer la boîte de verrouillage et a déséquilibré Ozzy.


C'est alors que tout est parti en vrille.


Des tirs balistiques et laser ont éclaté de toutes les directions. Les Titans se sont mis à l'abri alors qu'ils s'ouvraient sur l'Alliance du Peuple.


Les Mags ont plongé derrière la caisse la plus proche. Elle pouvait voir que la caisse avec l'ériésium avait atterri entre Ozzy et Trin, qui le coinçait avec des coups de fusil.


Les Titans et l'Alliance du Peuple ont chacun subi des pertes à égalité. Les coups de feu ont fait voler en éclats la couverture.


Mags a essayé de chronométrer une course pour l'ériésium. Dès qu'elle a commencé à bouger, les boulons des armes à énergie rapide se sont ouverts sur les deux groupes, abattant les forces des Titans et de l'Alliance du peuple. Mags s'est précipitée à l'abri et a regardé la source des tirs.


Arno et Osane avaient sauté dans la mêlée. Ils étaient chargés de gilets tactiques, de gilets pare-balles et de grenades, tirant sur leurs cibles avec ce qui ressemblait à des fusils d'assaut milspec. Osane a avancé rapidement à travers les Titans, tirant des coups de son fusil d'assaut jusqu'à ce qu'il n'ait plus de charge. Sans manquer une seule étape, elle a sorti son fusil et a sorti un couteau. Le Titan qu'elle approchait a déclenché une rafale de tirs désespérée. Elle a contourné les coups de feu en se refermant et a fini par le dépasser, lui tranchant la gorge.


Osane s'est glissée derrière la couverture, à une courte distance de l'ériésium.


"Vas-y, je te couvre." cria Trin.


Mags n'en revenait pas. Elle avait fait équipe avec les Four Points ?


Osane a sprinté pour l'ériésium alors que Trin a levé son fusil de chasse vers Ozzy. A la dernière seconde, elle a tourné le canon sur Osane et a tiré. Le coup de fusil l'a rattrapée dans la section centrale. Le sang lui a explosé dans le dos et son corps s'est écrasé sur le sol.


Trin a souri et a placé une autre charge dans la chambre.


Jack l'aveugle a chargé vers la position de l'exécutif Devin, deux grenades cuisant dans ses mains. Jack a gloussé en soufflant pour se mettre à portée de tir. Il lança une grenade.


Devin l'a touché à l'épaule avant qu'il ne puisse lancer l'autre. La grenade a atterri avec un bruit sourd aux pieds de Jack. L'un des administrateurs de l'AP a plongé pour protéger Devin dès que la première grenade a explosé.


La deuxième détonation a marqué la fin de Blind Jack Sticha.


"Osane ?" cria Arno depuis sa position de tir. "Osane ! Parle-moi !"


Il n'a pas dû voir ce qui s'est passé, pensa Mags en regardant le coffre. Elle était juste là, au milieu d'une zone de guerre, et elle n'avait pas d'arme. Elle pouvait à peine voir Ozzy, mais on aurait dit qu'il était à court de munitions.


Trin l'a senti aussi et a commencé à avancer sur sa position. La plupart des autres batailles de canons s'étaient calmées. Les gémissements des blessés ont commencé à remplir l'espace.


Mags a saisi sa chance. Elle a couru hors de sa cachette et s'est glissée dans le coffre près du corps d'Osane. Trin s'en est rendu compte trop tard. Elle a tourné son fusil de chasse vers Mags. Il a fallu un moment à Trin pour la reconnaître, mais cela n'a rien changé. Elle avait le même regard que celui qu'elle avait quand elle a failli jeter Mags hors du sas. Elle a levé le fusil de chasse.


Ozzy a taclé Trin au moment où le coup de fusil est parti. L'explosion s'est étendue. Mags sentait le crépitement de l'énergie lui brûler la tête au passage.


Trin et Ozzy ont roulé sur le sol. Il s'est battu pour lui arracher le fusil. Elle a voulu le tuer. Elle lui a donné un coup de poing dans le rein une fois. Deux fois. Trois fois. Elle s'est roulée sur lui et lui a enfoncé son front dans le nez. Elle s'est cassée avec une fissure humide. Sa prise sur le fusil s'est affaiblie et elle en a profité pour lui arracher l'arme et se relever.


"Vous ne pourriez même pas me tuer, n'est-ce pas ?" dit-elle en le contournant et en lançant une nouvelle charge. "Mais qu'est-ce qui t'est arrivé ? On était une équipe. Vous vous souvenez ? Qu'est-ce qui est arrivé à ce type ? Ce gars qui était dur comme fer. Qui m'a poussé à devenir plus dur ? Nan, mon frère est mort sur le QuarterDeck."


Elle a craché du sang et a pris le fusil de chasse pour l'exécuter.


"Attendez !" a crié Mags.


Trin s'est arrêté et a regardé. Mags était debout, elle tenait le coffre.


"Tu veux l'érythème ? Prends-le."


Mags a jeté le coffre aux pieds de Trin.


"Quoi ?"


"Tu m'as entendue." Mags a fait un pas en arrière.


"Qu'est-ce que c'est ?" demanda Trin en regardant autour d'elle avec suspicion. "Tu me l'as donné..."


"Bien sûr", dit Mags en haussant les épaules. "Entre vous, ces foutus Four Points, les Titans et les flics. Je ne pense pas que je sortirai d'ici avec de toute façon."


Trin étudia Mags pendant une seconde, cherchant sur son visage des signes de tromperie. Elle a tourné le fusil d'Ozzy vers Mags en se dirigeant vers la boîte de verrouillage.


"Alors j'ai réfléchi", Mags s'est éloignée, les mains toujours levées. Trin s'est penché, l'arme était toujours pointée sur Mags, et l'a ouverte. "Comme tu l'as dit plus tôt, je peux vivre sans que personne ne l'ait."


Trin a regardé dans le coffre. Une des grenades d'Osane se trouvait à côté de la masse d'éridium. La goupille était sortie et elle gémissait à un rythme élevé. Trin a jeté le coffre à la dernière seconde. Le souffle thermique a transformé l'ériésium, le coffre et même une partie du sol en scories en fusion.


Le choc de Trin s'est rapidement transformé en une rage meurtrière blanche et chaude alors qu'elle tourbillonnait pour faire face à Mags. Elle a levé le fusil de chasse lorsqu'une balle l'a transpercée sur le côté de la tête. Une fine brume s'est dégagée de l'autre côté. Trin est restée là une seconde, comme si elle avait été soudainement débranchée. Puis elle s'est effondrée sur le sol.


Le cadre Devin, carbonisé et en train de couver à cause de l'attaque à la grenade de Jack l'Aveugle, a baissé son fusil.


Osane a sprinté pour l'ériésium alors que Trin a levé son fusil de chasse vers Ozzy. A la dernière seconde, elle a tourné le canon sur Osane et a tiré. Le coup de fusil l'a rattrapée dans la section centrale. Le sang lui a explosé dans le dos et son corps s'est écrasé sur le sol.


Trin a souri et a placé une autre charge dans la chambre.


Jack l'aveugle a chargé vers la position de l'exécutif Devin, deux grenades cuisant dans ses mains. Jack a gloussé en soufflant pour se mettre à portée de tir. Il lança une grenade.


Devin l'a touché à l'épaule avant qu'il ne puisse lancer l'autre. La grenade a atterri avec un bruit sourd aux pieds de Jack. L'un des administrateurs de l'AP a plongé pour protéger Devin dès que la première grenade a explosé.


La deuxième détonation a marqué la fin de Blind Jack Sticha.


"Osane ?" cria Arno depuis sa position de tir. "Osane ! Parle-moi !"


Il n'a pas dû voir ce qui s'est passé, pensa Mags en regardant le coffre. Elle était juste là, au milieu d'une zone de guerre, et elle n'avait pas d'arme. Elle pouvait à peine voir Ozzy, mais on aurait dit qu'il était à court de munitions.


Trin l'a senti aussi et a commencé à avancer sur sa position. La plupart des autres batailles de canons s'étaient calmées. Les gémissements des blessés ont commencé à remplir l'espace.


Mags a saisi sa chance. Elle a couru hors de sa cachette et s'est glissée dans le coffre près du corps d'Osane. Trin s'en est rendu compte trop tard. Elle a tourné son fusil de chasse vers Mags. Il a fallu un moment à Trin pour la reconnaître, mais cela n'a rien changé. Elle avait le même regard que celui qu'elle avait quand elle a failli jeter Mags hors du sas. Elle a levé le fusil de chasse.


Ozzy a taclé Trin au moment où le coup de fusil est parti. L'explosion s'est étendue. Mags sentait le crépitement de l'énergie lui brûler la tête au passage.


Trin et Ozzy ont roulé sur le sol. Il s'est battu pour lui arracher le fusil. Elle a voulu le tuer. Elle lui a donné un coup de poing dans le rein une fois. Deux fois. Trois fois. Elle s'est roulée sur lui et lui a enfoncé son front dans le nez. Elle s'est cassée avec une fissure humide. Sa prise sur le fusil s'est affaiblie et elle en a profité pour lui arracher l'arme et se relever.


"Vous ne pourriez même pas me tuer, n'est-ce pas ?" dit-elle en le contournant et en lançant une nouvelle charge. "Mais qu'est-ce qui t'est arrivé ? On était une équipe. Vous vous souvenez ? Qu'est-ce qui est arrivé à ce type ? Ce gars qui était dur comme fer. Qui m'a poussé à devenir plus dur ? Nan, mon frère est mort sur le QuarterDeck."


Elle a craché du sang et a pris le fusil de chasse pour l'exécuter.


"Attendez !" a crié Mags.


Trin s'est arrêté et a regardé. Mags était debout, elle tenait le coffre.


"Tu veux l'érythème ? Prends-le."


Mags a jeté le coffre aux pieds de Trin.


"Quoi ?"


"Tu m'as entendue." Mags a fait un pas en arrière.


"Qu'est-ce que c'est ?" demanda Trin en regardant autour d'elle avec suspicion. "Tu me l'as donné..."


"Bien sûr", dit Mags en haussant les épaules. "Entre vous, ces foutus Four Points, les Titans et les flics. Je ne pense pas que je sortirai d'ici avec de toute façon."


Trin étudia Mags pendant une seconde, cherchant sur son visage des signes de tromperie. Elle a tourné le fusil d'Ozzy vers Mags en se dirigeant vers la boîte de verrouillage.


"Alors j'ai réfléchi", Mags s'est éloignée, les mains toujours levées. Trin s'est penché, l'arme était toujours pointée sur Mags, et l'a ouverte. "Comme tu l'as dit plus tôt, je peux vivre sans que personne ne l'ait."


Trin a regardé dans le coffre. Une des grenades d'Osane se trouvait à côté de la masse d'éridium. La goupille était sortie et elle gémissait à un rythme élevé. Trin a jeté le coffre à la dernière seconde. Le souffle thermique a transformé l'ériésium, le coffre et même une partie du sol en scories en fusion.


Le choc de Trin s'est rapidement transformé en une rage meurtrière blanche et chaude alors qu'elle tourbillonnait pour faire face à Mags. Elle a levé le fusil de chasse lorsqu'une balle l'a transpercée sur le côté de la tête. Une fine brume s'est dégagée de l'autre côté. Trin est restée là une seconde, comme si elle avait été soudainement débranchée. Puis elle s'est effondrée sur le sol.


Le cadre Devin, carbonisé et en train de couver à cause de l'attaque à la grenade de Jack l'Aveugle, a baissé son fusil.


Le silence s'installe dans la salle. Quelques Titans encore mobiles s'enfuirent dans les tunnels tandis que les administrateurs de l'Alliance populaire restants s'installèrent pour sécuriser les prisonniers et soigner les survivants.


Mags est allé aider Ozzy à se relever. Il a serré son nez pour essayer d'arrêter le saignement.


"Tu vas bien ?" demanda-t-elle, en grimacant devant le flux de sang toujours constant.


"Non, mais ça va aller."


Aucun des administrateurs ne semblait s'intéresser à eux, alors Mags a commencé à sortir de la pièce. Elle s'est alors retrouvée face à face avec Devin.


"Hé, merci pour le sauvetage", elle s'est proposée.


"Bien sûr. Merci pour le tuyau, Kristin", lui répondit-il. "Oh attends, c'est en fait Magdalene, n'est-ce pas ?"


"Hum... ouais." Elle a regardé autour d'elle pendant un moment. "Alors..."


"Sors d'ici", il est passé devant elle pour rejoindre son équipe.


"Fais-moi une faveur et ne reviens pas ?"


"Tu l'auras."


Mags a fait signe à Ozzy de la suivre et les deux sont sortis.


Arno s'est précipité à travers les tunnels du Levski vers le pont d'atterrissage où son navire l'attendait.


Il s'est échappé à la seconde où il a vu l'ériésium monter. Ce n'est pas bon. C'était la propriété de Four Points et il savait que son patron, et encore moins les autres Points, n'allaient pas accepter "une tournure de merde" comme excuse pour perdre une fortune, alors il a dû disparaître. Maintenant, il faut qu'il disparaisse.


Il a trouvé un moyen de se rendre à l'une de ses planques, une de ses sécurités personnelles au cas où il aurait besoin de sortir. Il en avait une demi-douzaine d'autres semblables, réparties autour du verset, chacune remplie de crédits, d'un navire propre et d'une nouvelle identité.


Arno monta dans son bateau, rangea son matériel et se glissa dans le siège du pilote pour commencer son décollage. Le verrouillage devrait se terminer d'un moment à l'autre et il voulait être le premier à s'échapper d'ici.


C'est alors que son mobi a envoyé une communication entrante.


Arno l'a ignoré, mais quelque chose a attiré son attention devant son navire.


Un Xi'an se tenait juste à l'extérieur du sas de la piste d'atterrissage. C'était le même que celui du Café Musain...


Il pouvait voir la clé extraterrestre d'une commande dans son mobi.


Le vaisseau d'Arno a explosé juste là sur l'aire d'atterrissage.


Soahm a regardé l'épave brûler pendant quelques instants. Les systèmes d'extinction automatique des incendies se sont activés alors que les extincteurs visaient les flammes.


Il s'est retourné et est retourné dans le sas, planifiant déjà ce qu'il allait dire dans le rapport à ses patrons.


De retour à bord de l'Arlequin, leurs moteurs ont chauffé à la seconde où le verrouillage a été levé. Les Mags ne pouvaient pas attendre de descendre de ce rocher.


Kel était assise à l'arrière, calme maintenant qu'elle avait expliqué qu'Ozzy était à nouveau de leur côté, travaillant à un spectacle de spectre et donnant constamment des nouvelles à Yao. Elle n'avait pas vu le docteur prendre un coup depuis un moment. Quelque chose semblait différent chez lui. Elle allait trouver quoi.


Alors que la poussière et les rochers au-dessus de Levski cédaient la place à la noirceur béante de l'espace, toute la folie, le stress et la pression des derniers jours commençaient à s'estomper et elle n'avait plus qu'une seule pensée :


Bon sang, c'était amusant.


C'est vrai, ils étaient à peine mieux financièrement qu'au début, et à long terme, elle voulait désespérément le genre de sécurité financière qui lui permettrait de ne jamais avoir à se soucier de l'argent, mais honnêtement, elle a réalisé qu'elle n'était pas pressée. Elle avait trouvé une équipe de personnes en qui elle avait enfin confiance. Qui l'ont soutenue et elle a soutenu les leurs. Ils étaient jeunes et ils avaient de nombreuses occasions de faire un gros coup.


Ils avaient juste besoin de continuer à se battre jusqu'à ce qu'ils le fassent.


Pour la première fois, elle était d'accord avec ça.



FIN


Il ne s’agit pas d'une traduction officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

0 commentaire

© L'utilisation non autorisée d'articles sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur, en vertu de la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle.

2885 - 2951 World Star Universe crée par Art Photo Time. Tous les droits sont réservés, site web certifié par l'UEE. Découvrez le site officiel de Star Citizen.

World Star Universe ! est une multinational sous licence, UEECGU - CGV - MENTIONS LEGALS - NOS SERVICES - JUMPSTAR - BOUTIQUE

MadeByTheCommunity_White.webp
logo_w--.webp
gggggg.png

Il s’agit d’un site non officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium Games. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

- Adresse: 42 Stellaris St, Terra, TP 70042, United Empire of Earth

Vous êtes sur le site officiel de l'Ambassade et des consulats de l'UEE et de la World Star Universe. L'existence de liens externes vers d'autres sites web ne constitue pas une validation de ces sites ou de leur contenu.

- Je vous remercie, que dieu vous bénisse, et que dieu bénisse l’Empire Uni de la Terre.

Copie de UEE LOGO.png