Instrument de Remise (Quatrième Partie)


"Concentrez le tir, trop de coups manquent à la poupe", aboie le commandant Wallace en regardant la bataille. Des vagues hypnotiques de tirs de laser se sont engouffrées entre les deux navires. Pendant un bref instant, elle a oublié la mort potentielle que chaque raie représentait et s'est perdue dans son étrange beauté. C'était la fin. L'occasion pour Crescent d'empêcher le vaisseau capital Tevarin d'attaquer Crion. Les Tevs étaient pris au piège entre eux et une bande de mines anti-navires. Comme son puissant bouclier de phalange ne pouvait défendre qu'un côté à la fois, il fut déployé entre leur proue et le champ de mines, exposant la poupe du navire à l'attaque. "Pointe caractéristique... côté tribord, canon principal", s'écrie Starman Daughtry. L'avertissement ramena le commandant Wallace à la réalité. Elle a vérifié leur angle puis a fait un rapide calcul. "Avancez encore de 1 000 mètres, en ajustant le lacet plus dix. Pleine puissance pour les boucliers de proue." L'énorme navire s'est précipité vers l'avant et a tourné au moment où les Tevs tiraient. L'explosion a passé de justesse leur côté tribord. Le crépitement de l'énergie du bouclier montrait à quel point le barrage avait été proche. Coburn souffla de son terminal : "Les boucliers des Tevs ont encore pivoté. Nous avons un angle sur leur propulseur tribord." Le commandant Wallace a regardé l'hologlobe. Coburn avait raison. "Réduisez les boucliers d'étrave à 50% et dirigez-vous vers le canon. Je veux que le propulseur de tribord soit inexistant, clair ?" "Railgun's up !" Coburn s'est tourné vers le commandant Wallace. Elle lui a laissé celle-ci. "Appelez-le." Coburn sourit. "Au feu !" Wallace a regardé le tir du canon à rail naviguer dans l'espace et percer le propulseur. De multiples explosions internes ont explosé à l'intérieur du trou béant jusqu'à ce que le tout soit finalement remonté. Le pont a explosé en acclamations lorsque Wallace s'est enfoncé contre la balustrade, poussant un soupir de soulagement. Les Tevs auraient eu du mal à sortir de cette ceinture d'astéroïdes sans ce propulseur. Sans parler de l'exécution de leur attaque prévue sur Crion. "Ils lancent des vaisseaux, monsieur !" a appelé Starman Tillman. Les chasseurs Tevarin et les vaisseaux d'abordage se sont déversés dans l'espace puis se sont dispersés. Quelques-uns ont disparu de l'autre côté du vaisseau Tevarin pour désarmer les mines anti-navires. Pendant ce temps, la majorité des vaisseaux se dirigeait vers Crescent. "Coburn, verrouillez-nous. Nous ne pouvons en laisser aucun -" Mais Coburn lui a coupé les vivres. "J'ai un rapport de Hernandez dans le secteur 6. Ils ont déjà attrapé un Tev." Ce devait être notre saboteur, pensait-elle. Qui sait combien se sont déjà infiltrés. "Scellez toutes les cloisons et demandez aux Marines de fouiller chaque centimètre de ce navire, en commençant par les secteurs abritant des composants majeurs ou reliés au pont." Soudain, le bouclier de la phalange s'est matérialisé entre Crescent et le vaisseau Tevarin. Il est devenu beaucoup plus difficile de les endommager davantage. Puis la prise de conscience a frappé le commandant Wallace. Si le fait de paralyser le vaisseau Tevarin pouvait signifier que Crion était en sécurité, cela garantissait également que les Tevs allaient mettre à profit tout ce qu'ils avaient contre Crescent. Entre ce que cet arraisonneur a fait à notre puissance et leur propulseur explosé, aucun de nous ne quittera cette zone de sitôt, pensait-elle. Du moins, pas tous les deux. "Paredes ! Baissez vos armes." Drahk est resté immobile sur le sol pendant que le Marine à l'oeil noir entraînait le canon de son arme à la tête de Drahk. Il venait de voir le Marine assommer l'autre Humain et la colère dans son expression charnelle montrait qu'il ne lui en faudrait pas beaucoup pour craquer à nouveau. Bien qu'il semblait qu'un autre Marine plus jeune essayait de le faire taire. Un Marine plus âgé a poussé son chemin vers l'avant, "Paredes ! Qu'est-ce que tu fous ?" Celui connu sous le nom de Paredes a lentement baissé l'arme. Le vieux Marine a regardé la scène. "Debout, maintenant !" cria le vieux Marine, mais Drahk resta sur le sol. L'entraînement de commandement a appris à ceux dont l'Homme parle à garder le secret. C'est peut-être le seul avantage qu'il avait dans toute cette situation. "Il a dit de se lever", Paredes a coincé la crosse de son fusil dans le dos de Drahk. "Lève-toi !" Paredes l'a frappé plus fort. Drahk s'est lentement détendu, s'assurant que ses mains étaient visibles tout le temps. Paredes l'a poussé contre le mur du couloir. Pendant ce temps, le vieux Marine a vérifié l'Humain inconscient. "J'espère que ça valait le coup, Paredes. Maintenant, quelqu'un doit le ramener en cellule. Tu veux deviner qui ça va être ?" Paredes a ouvert la bouche, puis a pensé à mieux : "Oui, monsieur". "Allons-y. Nous avons déjà perdu assez de temps." Paredes s'est lentement éloigné de Drahk, a porté son arme dans son dos et a soulevé l'Humain inconscient. "Allez, bougez", dit le vieux Marine. Drahk s'est avancé puis s'est rattrapé. Le vieux Marine l'a regardé - est-ce que ce Tev vient de me comprendre ? Des klaxons ont éclaté dans les couloirs. "Attendez, les gars." Le groupe s'est tourné vers l'ancien Marine, vérifiant son dispositif de données personnelles. "Changement de plans. Le protocole anti-embarquement est en vigueur. Nous devons balayer ce secteur immédiatement." Drahk était heureux que la visière de son casque soit si sombre. Cela a aidé à cacher son sourire. Cela devait signifier que les guerriers de Rijora allaient venir. "Monsieur," dit Paredes, "que sommes-nous censés faire avec ces deux-là ? La prison n'est pas près de notre secteur." Le vieux Marine lui a jeté un regard. "Tais-toi et suis-moi." Un Hickory grondant. Il a repris conscience, la tête pleine de brouillard et la tête sur le sol froid. Il s'est roulé sur le dos puis s'est assis, en clignant rapidement des yeux pour se concentrer. Une chose était sûre, il n'était pas en cellule. A travers un treillis métallique, la soute à moitié remplie du navire s'est mise à cligner des yeux. Alors qu'il balayait son environnement, l'intensité de la lumière l'a forcé à fermer les yeux à nouveau. Une cage. Ils l'ont mis dans une cage. Les mains de Hickory ont doucement sondé le côté de sa tête, en grimaçant quand il a trouvé l'endroit où il avait été frappé. Je suppose que ça pourrait être pire. Rien n'était cassé, et il s'est souvenu de tout jusqu'à ce que le gamin le frappe sur la tête. Une fois la vague de douleur passée, il a repéré une forme étrange à travers le treillis sur sa gauche. C'était le Tevarin, assis sereinement. Casque sur ses genoux. Les yeux fermés. Méditant ou priant ou quoi que ce soit qu'ils fassent. Il a attrapé la porte de la cage de chargement et l'a secouée. Il a à peine donné. Un mouvement minimal signifiait qu'elle était bien construite avec une serrure solide. Heureusement, sa main pouvait s'insérer entre les lattes du treillis. Il a donc passé la main et a senti l'avant de la boîte métallique où se trouvait la serrure. Puis il a poussé un soupir de soulagement. Il y avait un trou de serrure. Hickory a tiré sa main à l'intérieur de la cage. Puis il s'est assis, le dos tourné à la porte. C'est là qu'il a vu le Tevarin le regarder d'un air suspect. Hickory ne faisait pas confiance au Tev non plus, mais il savait qu'il pouvait être utile. Surtout depuis qu'il parlait humain. "Vous avez vu des gardes dans les parages ?" Le Tev a secoué la tête. "Gardez un oeil sur moi." Il a mis la main dans la manche droite de sa combinaison spatiale. "Une idée de la raison pour laquelle ils nous ont jetés ici ? J'ai manqué cette partie." Après quelques instants de silence, le Tev a décidé de répondre : "Ils ont été appelés au combat. Brig était trop loin." Hickory a sorti le multi-outil de la poche cachée dans sa manche et a passé en revue les différents outils, "Il faut dire. Votre accent est intéressant." "Pas assez humain pour vous ?" "Ce n'est pas ce que je voulais dire. C'est juste que je ne l'ai entendu qu'à un autre endroit... L'Olympe. Vous y passez beaucoup de temps ?" Le Tevarin ouvrit les yeux et regarda Hickory pendant un moment avant de retourner méditer "Ma jeunesse". "J'y ai moi-même vécu quelques années pendant que j'étais, eh bien... c'est un bon endroit pour passer inaperçu." "Oui." Hickory avait vu beaucoup de Tevs sur l'Olympe. Il avait vu à quel point la plupart d'entre eux étaient traités de façon horrible, mais aussi comment ils se comportaient lorsque les rôles étaient inversés. Il a trouvé le râteau sur son outil et l'a verrouillé en place, "Je suis Hickory, au fait." "Drahk". Hickory a soigneusement glissé sa main entre les maillons de la cage. Puis il a incliné l'outil multiple vers le trou de serrure. Soudain, le navire a tremblé. Le multi-outil a glissé de sa main. Un bruit métallique provenant de la coque se répercuta dans la soute. Il a jeté un coup d'oeil à travers les lattes de la cage pour la voir dégringoler hors de portée. Une série d'expulsifs sortit de sa bouche. Hickory se retourna pour voir Drahk tomber au sol et utiliser ses longs bras maigres pour saisir l'outil. "Tu es un sauveur, Drahk." Il a tendu la main pour se rendre compte que Drahk ne la rendait pas. Au lieu de cela, il a feuilleté les différents outils. "Est-ce que je le suis ?" Hickory a senti une bosse dans sa gorge. Il a regardé Drahk revenir au râteau et a examiné la série de bosses à son extrémité, puis a glissé son bras à travers le treillis. Que faisait-il ? Le Tevarin n'avait manifestement jamais crocheté un de ces verrous auparavant. Puis il a commencé à s'inquiéter. Quelle était la force de Tevs ? Et s'il avait gravement plié l'outil ? Il détruirait toute chance de fuite pour l'un d'entre eux. Hickory ne pouvait plus le supporter. "Attention, vous ne pouvez pas le forcer. C'est un truc de toucher ; plus lent et plus stable." Drahk a jeté un regard furieux sur Hickory tout en continuant à faire fonctionner la serrure. "Quoi ? J'essaie d'aider. Tu vois, c'est juste que... J'ai besoin de sortir d'ici. Je ne peux pas mourir comme ça." "La mort n'est pas à craindre, elle n'est qu'une vérité. La Rijora m'a souvent guidé aujourd'hui. Il m'a apporté l'outil nécessaire pour m'échapper et m'aider à détruire ce navire." Hickory n'était pas sûr de l'expression de son visage, mais Drahk l'a lu en clair comme le jour. "Peut-être que tu comprendrais si tu avais foi en autre chose que toi-même." "Votre Rijora a fait beaucoup de bien pour vous. Elle vous a mis sur la pente descendante de deux guerres." "Deux guerres ?" Drahk l'a regardé avec un mélange d'intérêt et de suspicion. Il a fallu une seconde à Hickory pour s'en rendre compte. C'est vrai, comment pouvait-il savoir ? "La guerre . . . . c'est fini."


Le pont s'est légèrement balancé. Un autre coup de canon du Tevarin avait fait affleurer le côté tribord de Crescent. "Comment les boucliers tiennent-ils le coup ?" demandait le commandant Wallace. "Efficace à 43%." "Nous avons besoin que cette baie de batterie soit remise en ligne." Coburn a vérifié son carnet de données personnelles. "Tout le monde dans ce secteur qui peut le réparer le fait. Les marines sont toujours en train de compléter leurs recherches. Jusqu'à ce que nous soyons certains qu'aucun autre Tev n'est à bord, il serait risqué d'ouvrir les cloisons pour que d'autres puissent aider." Le commandant Wallace a consulté le terminal avant elle, comparant les dommages accumulés aux Tevs. "Bien, mais à la seconde où nous sommes clairs, envoyez de l'aide immédiatement." "Changez de trajectoire de vol, Ayers !", souffla Coburn. "Tu tombes dans un schéma que même moi je peux déchiffrer." Crescent a dû esquiver et éviter le feu du navire Tevarin, tout en essayant de déjouer le bouclier de la phalange afin de pouvoir faire ses propres dégâts. Ayers avait fait un travail acceptable en déplaçant le vaisseau au hasard jusqu'ici, mais il était clair qu'il se lassait. D'après les données, Crescent commençait à encaisser plus de coups qu'il n'en délivrait. Soudain, des alarmes se sont fait entendre. Non, ce n'est pas possible... "Il y a une brèche ! Plusieurs contacts dans le secteur 6..." Le commandant Wallace et Coburn ont fermé les yeux. Voilà pour la restauration de la baie de batterie. Wallace n'a pas eu besoin de faire de calculs pour savoir que leurs chances de survie venaient de chuter de façon spectaculaire. Elle a fait tout ce qu'elle pouvait pour supprimer cette peur croissante avant de parler : "Je veux que les chasseurs et toutes les tourelles protègent ce secteur contre d'autres pensionnaires. Si c'est leur point d'ancrage, je veux le couper. Nous ne survivrons jamais s'ils envahissent ce navire." Des caisses de marchandises s'agitaient autour d'eux, signe que la bataille s'intensifiait. Drahk était resté silencieux depuis que l'Homme lui avait annoncé que la guerre était finie. Il n'arrivait pas à se défaire du sentiment que c'était vrai. Il ne pouvait pas se souvenir d'un moment où ils étaient partis si longtemps sans recevoir une transmission de Corath'Thal. Bien sûr, il aurait été stupide de croire l'Humain sur parole. Il se tourna vers Hickory, qui battait nerveusement des doigts contre la cage. L'Humain semblait peu fiable, au mieux. "Comment savez-vous que la guerre est finie ?" "J'ai trouvé l'instrument de la reddition en sauvant une épave militaire dans le système. Le navire a dû être grillé par un orage électrique avant de diffuser la nouvelle." L'instrument de reddition était le texte sacré de Rijor utilisé pour mettre fin au conflit. Cependant, il ne signifiait rien s'il n'était pas signé par leur saint chef. Il a donc continué à insister : "Vraiment ? Autorisé par qui ?" "Pakal'Dor." Un sentiment de soulagement s'est emparé de Drahk : "Ce que vous avez vu était un faux. Seul Corath'Thal peut valider l'instrument de la reddition." "Ce serait dur, je pense." Hickory a dit en se déplaçant et en étendant son dos : "Corath'Thal s'est atomisé. Il aurait planifié une grosse attaque et se serait mis au point. Apparemment, il ne l'a pas très bien pris, alors il a conduit les quelques survivants sur votre planète et a enfoncé leurs vaisseaux dans le sol." Hickory a jeté un regard sur Drahk, qui était complètement immobile. Immobile aussi. "Alors je ne sais pas, je suppose que Pakal'Dor était le prochain à commander ? L'armée tevarine est plus votre truc, à vous de me le dire." Tout cela avait un sens maintenant. La vérité le regardait en face, mais il ne voulait pas l'accepter. Si c'était vrai, Corath'Thal avait apporté un immense déshonneur à lui-même et au peuple tevarin. La Rijora interdit strictement le suicide au combat. Elle a décrété - Honorable reddition, surtout, quand on a le dos au mur. Alors que la réalité s'installe, Drahk réalise qu'il est plus important que jamais de s'échapper de cette cage. Lui seul pouvait sauver ses compagnons de combat de la honte de se battre pour un chef déshonorant. "L'avez-vous ? L'instrument de la reddition." "Sur mon bateau". "Ici ?" Hickory a secoué la tête puis a pointé un bloc de données intégré à sa combinaison, "Mais je sais exactement où il se trouve." Drahk brandit l'outil multiple et les yeux de Hickory s'ouvrirent. "Je vous aiderai à quitter ce navire, si vous me donnez cet instrument de reddition." Hickory a fait un signe de tête : "Bien sûr". Drahk a étendu le multi-outil. Hickory l'a pris et est allé travailler sur la porte de la cage verrouillée.


Wallace a regardé le bouclier de Crescent onduler alors qu'il absorbait une autre explosion. L'efficacité globale du bouclier a diminué d'un autre pour cent. Elle savait que ce va-et-vient de tirs était insoutenable. Ils allaient perdre. Coburn s'est précipité à ses côtés, ce qui n'était pas bon signe. "Rapport du secteur six. Hernandez en a perdu trois, le forçant à se replier vers le hangar principal. Son équipe travaille avec l'équipage pour sécuriser la zone, mais ce n'est qu'une question de temps avant que les Tevs ne tentent une brèche." Le terminal avant le commandant Wallace a fait bip. Elle a regardé en bas et a scanné les résultats. Plus tôt, elle avait remarqué quelque chose sur le bouclier de la phalange. Chaque fois qu'il absorbait une explosion, un flux d'énergie du navire réparait rapidement les dégâts et rendait au bouclier sa pleine santé. Elle a donc effectué une série de scanners. Ensemble, ils ont retracé ces flux d'énergie jusqu'à des zones spécifiques du vaisseau. Peut-être que s'ils attaquaient ces endroits, ils pourraient faire tomber le bouclier. "Commandant, avez-vous entendu ce que j'ai dit ?" "Ces points. Vous les voyez ?" Coburn acquiesce. "C'est de là que vient l'énergie du bouclier de la phalange." "Entrant !" Wallace et Coburn ont levé les yeux pour voir un chacal en train de mitrailler pour attaquer le pont. À peine au-dessus de la surface de Crescent, il a tiré des deux canons tout en faisant pivoter habilement son petit bouclier de phalange d'un côté à l'autre pour dévier les attaques. "Concentrez le tir. Sortez ce truc, maintenant !" s'écria Coburn. Les tirs du Chacal ont déchiré le navire avant le pont, mais il est entré dans une rotation soudaine et dramatique. Un tir lui avait coupé l'aile. Le Chacal essaya désespérément de maintenir son cap, mais au lieu de cela, il se mit en tire-bouchon et s'écrasa sur Crescent juste avant le pont. L'explosion a secoué le navire. Un nuage de débris a plongé et bloqué la vue du pont sur la bataille. Coburn se releva : "Nous devons faire quelque chose, sinon nous ne tiendrons pas longtemps." Le commandant Wallace a fait un signe de tête : "Donnez ces coordonnées à Villar. Enlevons ce bouclier." "Est-ce qu'on regarde le même bouclier ?" Wallace a fait un signe de tête. "Ayers, tournez-vous vers le cap 273. Redirigez les boucliers avant..." Tout le monde sur le pont a fait une pause. Quelques-uns ont échangé des regards perplexes. "Confirmer... 2-7-3, monsieur ?" dit Ayers, sa voix vacillant. "Ça va droit au but", a dit Coburn. Wallace s'est tourné vers lui, plein d'espoir. Il a finalement rassemblé un "Monsieur". "Confirmer". dit Wallace à voix haute en fixant Coburn. "Comme tu l'as dit, nous devons faire quelque chose." "Nous tuer n'était pas ce que j'avais à l'esprit." "On passe à travers le bouclier, on touche ces points, et peut-être qu'on pourra commencer à faire de vrais dégâts." "A moins qu'ils ne nous mâchent d'abord." "Eh bien, assurez-vous que cela n'arrive pas." Wallace a regardé autour de lui. Tout le monde était encore figé. "Vous avez des ordres, les gars. Agissez comme tel", criait-elle. Coburn s'est échappé et est retourné à son terminal. "Villar, je vais avoir besoin de toutes les armes pour avoir cette solution de ciblage actualisée prête à tirer à mon commandement."



Drahk a réussi à rester sur ses pieds. Hickory n'a pas eu autant de chance. Quelques instants plus tôt, une énorme explosion avait fait basculer le navire, le faisant voler du mur et le faisant tomber sur le sol. Heureusement, l'Humain avait trouvé un casque dans la soute pour l'aider à amortir le choc. Il s'est précipité et a aidé Hickory à se relever. Ensemble, ils continuèrent vers leur seul espoir - le hangar. Même s'il grouillait de personnel, c'était leur seule chance de quitter ce navire. Alors qu'ils se déplaçaient, Hickory continuait à tripoter les réglages du casque. "À droite", appela Hickory. Drahk a contourné le coin et a ralenti. Au bout du couloir se trouvait une porte de cloison portant les cicatrices d'une brèche. Les deux hommes s'approchaient lentement du trou béant de la porte. Des cris et des tirs d'armes dispersés résonnaient de l'intérieur. "Mes hommes ont ouvert une brèche dans le hangar." Il s'est faufilé jusqu'au trou et a scanné le hangar. Des corps humains et tevarins jonchaient le sol, laissant une traînée de cadavres qui racontait l'histoire de la bataille. Une série de barricades improvisées avaient été construites, mais elles ont été envahies. Les quelques survivants humains étaient accroupis, seuls ou en petits groupes, tirant désespérément sur tout ce qui bougeait. Les Drahk regardent les guerriers tevarins courir entre les abris, s'efforçant de déborder les poches de résistance restantes. "Des navires ?" "Un, de l'autre côté. Je n'en ai jamais vu un comme ça." Hickory a regardé dans le hangar. "Merde. Ce n'est qu'un véhicule utilitaire." "Pouvez-vous le faire voler ?" "Bien sûr. Ce n'est pas le problème." "Qu'est-ce que c'est ? "Il n'est pas armé. Les boucliers sont minimes, au mieux." "Oui ?" "Vous savez qu'il y a des combats qui se déroulent dehors." Hickory a regardé nerveusement Drahk, "Comment faisons-nous cela ? "Aussi vite que possible. Restez bas et suivez-moi." Drahk a franchi la brèche, puis s'est précipité vers une barricade de fortune montée à la hâte pour garder la porte. Quelques instants plus tard, Hickory le rejoint. Le navire se trouvait directement en face du hangar, mais une zone largement ouverte se trouvait entre eux. Ils ne pouvaient pas le traverser sans être remarqués. Soudain, un cri strident a rempli le hangar. Un guerrier Tevarin chargea une barricade, attirant le feu de l'Humain derrière elle. Pendant ce temps, un autre Tevarin s'est glissé de l'autre côté. L'Humain réalisa soudain son erreur et fit pivoter son arme, mais il était trop tard. Le guerrier Tevarin prit sa propre arme et lui lança un coup de feu. "Bougez. Maintenant," dit Drahk. Il partit pour la barricade la plus proche du vaisseau. Des coups de feu ont été tirés dans sa direction. Alors que la barricade se rapprochait, il se glissa sur le sol jusqu'à ce qu'il soit à couvert, le coeur battant, exalté au-delà de toute croyance. Il s'est retourné pour voir Hickory courir vers lui, mais l'Humain ne s'est même pas embêté avec la barricade, il a plutôt couru tout droit vers le vaisseau. Hickory sauta à l'intérieur et commença la séquence d'initiation. Le vaisseau s'anima, attirant l'attention de tous. Drahk courut à l'arrière, ouvrit la soute et monta à l'intérieur. Il s'est retourné pour voir un guerrier tevarin charger sur la rampe, arme levée. Quand il a vu que Drahk était un Tevarin, il s'est arrêté et a regardé curieusement. Soudain, le navire s'est retourné vers l'avant, provoquant la chute du guerrier. Drahk a appuyé sur le bouton et a regardé la porte du cargo se fermer. "Partons d'ici", appela-t-il à Hickory. "Maintenant, la partie facile." Avec cela, Hickory a accéléré le navire pour le sortir du hangar. Ils ont traversé le bouclier aérien dans un maelström de combat. D'épais champs de débris épars de navires morts occupaient l'espace entre les énormes vaisseaux capitaux. Les combattants, humains et tevarins, se sont faufilés dans l'espace, pourchassant les verrous des cibles et pulvérisant des tirs d'armes. C'était un véritable enfer. Hickory a évité du mieux qu'il a pu le réseau de tirs d'armes croisées. Alors qu'il réussissait à s'échapper des combats intenses, Drahk a pu voir le champ de bataille pour la première fois. Crescent avait l'air d'essayer d'enfoncer les Tevarins. D'après les derniers événements, il semble que la stratégie de choix était d'éperonner le navire au lieu de s'enfuir.


Quelques minutes plus tard, Hickory avait encore l'impression que son cœur allait battre dans sa poitrine. D'une certaine manière, il avait survécu au pilotage du navire dans le chaos de la guerre totale. La sérénité de l'espace ouvert était un étrange contrepoint à ce qu'ils venaient de vivre. "Combien de temps encore ? demanda Drahk depuis la cale. "On y est presque", répondit Hickory tout en gardant les yeux sur le scanner. Drahk était d'autant plus nerveux que la distance entre eux et la ceinture d'astéroïdes était grande. Il exhorta Hickory à voler plus vite. Bien que ce navire ait été construit pour beaucoup de choses, la vitesse n'en faisait pas partie. Un bip subtil provenait de la combinaison d'Hickory. Ils étaient proches. Alors qu'il augmentait la portée des scanners du vaisseau, un bip a frappé le radar. Quelques instants plus tard, son navire, Dolos, est apparu. Une partie de lui avait cru qu'il ne la reverrait jamais. Hickory arrêta le navire puis se tourna vers Drahk. "Alors, comment ça va marcher ?" "Si l'instrument est authentique, il comprendra une série de codes que mes collaborateurs pourront utiliser pour vérifier". "Très bien. Je vais m'en occuper", a déclaré Hickory en donnant une claque à Drahk sur l'épaule alors qu'il se dirigeait vers la trappe. "Bonne chance et merci pour votre aide." "Je viens avec toi." "Rien de personnel, mais je ne laisse personne d'autre monter sur mon bateau." "Pardonnez-moi si je ne vous prends pas au mot. Mon peuple, et le vôtre, continuera à mourir jusqu'à ce qu'il connaisse la vérité. Je suis tenu de m'assurer que le message passe." Le silence s'est installé entre eux pendant quelques secondes. Hickory ne se souvenait pas de la dernière fois où quelqu'un d'autre que lui avait été à bord de son navire. "Nous pouvons nous battre à ce sujet si vous voulez." "Bien, bien. Allons-y alors." Les deux hommes sont sortis du navire et sont sortis en EVA vers Dolos. En espérant que l'émission ne soit pas trop tardive. Le commandant Wallace a regardé la proue de Crescent passer à travers le bouclier de la phalange. Il a immédiatement été confronté à un barrage de tirs du Tevarin. Une fois la première salve passée, Coburn a crié : "Des armes ! Feu !" Crescent a répondu par une volée de son propre chef. Les tirs massifs ont frappé la coque du navire Tevarin. Wallace surveillait le terminal avant elle. "La phalange est en baisse de dix - non vingt pour cent. Ça a marché !" s'écria Daughtry depuis la station de balayage. "Remettez le courant sur les boucliers", ordonna Coburn. "Trouvez-nous un angle pour le prochain spot et vite, Ayers." Coburn s'est tourné vers le commandant Wallace. Le feu dans ses yeux disait tout : cela pourrait bien marcher. Une contre-attaque de Tevarin a fait flamber les boucliers. Quelques coups de feu ont traversé et ventilé des parties de l'immense vaisseau-mère, mais Crescent a tenu bon. "Canons prêts dans dix minutes !" "Je vous attends !" Wallace a crié. Soudain, le bouclier de la phalange a complètement disparu. Une acclamation s'est élevée autour du pont. Wallace étudia son écran. Quelque chose n'allait pas ici. "Reculons hors de portée de ces canons rapprochés", ordonna Coburn. "Puis pilonnons-les jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien." "Nous avons un message sur le canal d'urgence", a appelé Darsha depuis la station de communication. Le commandant Wallace a jeté un coup d'œil à son terminal pour lire le message entrant. "Nous sommes en position, monsieur !" "Préparez le canon et -" "Ne tirez pas !" "Commandant !" Coburn a appelé. "C'est notre chance de mettre fin à tout ça." "Ils viennent de diffuser leur reddition. Ils ont fait tomber le bouclier de la phalange pour montrer qu'ils sont sérieux. Attendez. ... ils disent aussi que la guerre est finie." "Quoi ? Ils le savent et nous ne le savons pas ? C'est un mensonge. Tu ne peux pas faire confiance à ces Tevs." "Surveillez votre ton, XO." "Vérifiez les scanners. Je parie que d'autres rôdeurs se faufilent vers cette brèche au moment où nous parlons", a crié Coburn, devenant de plus en plus maniaque à la seconde. "Nous devons les achever maintenant, tant que nous en avons l'occasion. Villar, tire avec ce foutu canon !" Pour une fois, Villar n'a pas cédé aux ordres de Coburn. Elle a regardé Wallace. "Quel est votre ordre, monsieur ?" Wallace a regardé autour du pont. Pour la première fois, ils se tournaient vers elle, et non vers Coburn. "Retirez-vous. Ouvrez les canaux." Wallace s'est tourné vers Coburn qui frémissait encore de rage. "Est-ce qu'on va avoir un problème, XO ?" Coburn a tenu le regard de Wallace. On aurait dit que ce qui l'avait saisi s'était évanoui. "Non, monsieur." "Bien", Wallace s'est avancé vers l'hologlobe. "Maintenant, voyons ce qu'ils ont à dire."


Drahk a écouté l'émission militaire de l'UEE depuis le véhicule utilitaire tandis que Hickory l'a utilisé pour réparer son navire. Le message avait été transmis juste à temps. Le navire Tevarin a été sauvé. Il avait subi de lourds dommages, mais une bonne partie de son équipage était encore en vie. L'équipage de Crescent ne savait pas quoi faire de tous les survivants. Le navire Tevarin était trop endommagé pour sortir de la ceinture d'astéroïdes. Ils ont alors entendu l'appel aux transports pour s'occuper des survivants. "On dirait que j'ai fini", dit Hickory depuis le siège du pilote. "Il vaut probablement mieux que je ne sois pas là si Crescent vient dans cette direction. Vous n'êtes peut-être plus leur ennemi, mais je doute de pouvoir en dire autant." "Bonne chance à vous. J'espère que des jours meilleurs vous attendent", a déclaré M. Drahk, puis a incliné la tête par déférence. "Que vas-tu faire maintenant ?" Drahk réfléchit quelques instants. "Je ne sais pas." Hickory sourit et ouvre la trappe. Il s'est arrêté et s'est retourné : "J'ai ce truc dans l'espace Banu dont je dois m'occuper mais, euh, il y a beaucoup d'endroits où atterrir entre ici et là. Je peux vous déposer quelque part si vous voulez." Drahk lève les yeux vers lui et acquiesce. "Oui." Hickory lui sourit en retour. En silence, ils sont sortis du véhicule utilitaire et sont sortis en EVA vers son navire. Pendant qu'Hickory préparait Dolos pour le décollage, Drahk se dirigeait vers l'arrière. Il s'est allongé sur le lit et s'est instantanément endormi, ne sachant pas où il allait ni où il serait à son réveil. Pour la première fois, il était d'accord avec cela.


FIN



FIN DE LA TRANSMISSION



Il ne s’agit pas d'une traduction officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© L'utilisation non autorisée d'articles sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur, en vertu de la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle.

2885 - 2951 World Star Universe crée par Art Photo Time. Tous les droits sont réservés, site web certifié par l'UEE. Découvrez le site officiel de Star Citizen.

World Star Universe ! est une multinational sous licence, UEECGU - CGV - MENTIONS LEGALS - NOS SERVICES - JUMPSTAR - BOUTIQUE

MadeByTheCommunity_White.webp
logo_w--.webp
gggggg.png

Il s’agit d’un site non officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium Games. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

- Adresse: 42 Stellaris St, Terra, TP 70042, United Empire of Earth

Vous êtes sur le site officiel de l'Ambassade et des consulats de l'UEE et de la World Star Universe. L'existence de liens externes vers d'autres sites web ne constitue pas une validation de ces sites ou de leur contenu.

- Je vous remercie, que dieu vous bénisse, et que dieu bénisse l’Empire Uni de la Terre.

Copie de UEE LOGO.png